Zoom – Rémi Brague : Des vérités devenues folles

2 réponses

  1. Le pro­grès : ils veulent diluer la pen­sée Catho­lique dans une soupe muti­cul­tu­relle où l’er­reur est mise sur le même plan que la véri­té. Pas de véri­té : rela­ti­visme abso­lu ! Et puis, ils uti­lisent la rétho­rique contra­dic­toire, typique des mar­xistes léni­nistes, pour des­ta­bi­li­ser un néo­phite qui aas­sis­te­rait à nos conver­sa­tions : il ne sau­rait plus où se trouve la véri­té et où se trouve l’er­reur. La démo­cra­tie est leur arme abso­lue.

    Comme le disait l’Amiral Ber­gier, un cou­rant dia­bo­lique a tou­jours tiré la France vers le bas. En remon­tant aux fausses lumières qui ont assis la Répu­blique, nous trou­vons ces for­tunes ano­nymes et vaga­bondes qui nous veulent tous cré­tins et pros­ti­tués depuis la plus tendre enfance, tous nés de père incon­nu et mou­rant tous céli­ba­taires. C’est l’action mul­ti­forme d’une sorte de néo-mar­xisme euro-mon­dia­liste, qui a besoin d’une France cor­rom­pue, avi­lie, por­no­crate, humi­liée, en un mot d’UNE FRANCE COUCHEE.

    Leur enne­mi, à tous ces agents de l’anti-France, c’est la Foi, l’Eglise Catho­lique et for­cé­ment la morale Chré­tienne. Et pour détruire la civi­li­sa­tion Chré­tienne, ils veulent détruire la nation Fran­çaise, sor­tie toute entière Chré­tienne du Bap­tis­tère de Reims ! Ils ont déjà ren­ver­sé la Royau­té Très Chré­tienne et infil­tré le Saint-Siège à Vati­can II : ils veulent à pré­sent ato­mi­ser la famille, cel­lule de base de la socié­té Chré­tienne, pour empê­cher les Catho­liques de se repro­duire.

    La solu­tion : être ferme sur ses pos­tions. CATHOLIQUES ET FRANCAIS, TOUJOURS ! ET ROYALISTES PAREC QUE CATHOLIQUE ET FRANCAIS… Pour une France DEBOUT !

    • Pnfo dit :

      Bon­jour Her­vé J. Vol­to. Comme disait Mère Téré­sa, « Le pro­blème dans le monde c’est que vous et moi ne sommes pas assez saint ». Et oui éton­nant ce Dieu qui fait lever son soleil sur les bons et les méchants. Etant tout puis­sant, pour­quoi Dieu fait il lever son soleil sur les méchants ? Tout sim­ple­ment, il n’y a pas d’A­mour sans liber­té. C’est jus­te­ment la liber­té de le juger, de le cru­ci­fier que le Christ nous a gagné sur la croix en disant « Père par­donne leur car ils ne savent pas ce qu’ils font ». Il a été docile à ses enne­mis qui vou­laient l’a­néan­tir sur la croix. Il est docile à ses amis en se fai­sant mor­ceau de pain pour les nour­rir. Il faut être fou, fou d’A­mour pour cela. Et nous que fai­sons nous ? C’est pour ça que Dieu le père l’a res­sus­ci­té, lui qui est tout puis­sant. Bien à vous.

Répondre à Hervé J. VOLTO Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *