Cour­riel au Pré­sident de France Télé­vi­sions

Mon­sieur le Pré­sident,
 
Suite aux révé­la­tions de Daniel Hamiche, porte-parole du réseau Riposte catho­lique, à pro­pos de l’émission des « Infil­trés » inti­tu­lée « À l’extrême droite du Père » et pro­gram­mée pour ce mar­di 27 avril, je vous prie de tout mettre en œuvre pour sur­soir à cette dif­fu­sion afin de per­mettre qu’un véri­table débat contra­dic­toire s’instaure sur les allé­ga­tions de ce repor­tage avant qu’il soit dif­fu­sé. D’autant plus que le débat enre­gis­tré ne pré­sente aucun inté­rêt dans l’exacte mesure où il ne met pas en pré­sence sur le pla­teau les pro­ta­go­nistes publi­que­ment incri­mi­nés dans le repor­tage et les jour­na­listes dégui­sés qui l’ont réa­li­sé.
 
La déon­to­lo­gie de cette émis­sion a déjà été contes­tée, à maintes reprises. Il n’est, en effet, pas admis­sible que des jour­na­listes mentent éhon­té­ment sur leur pro­fes­sion dans le but de faire tré­bu­cher leurs inter­lo­cu­teurs : c’est en vio­la­tion fla­grante de la Charte de la pro­fes­sion.
 
Mais il est plus scan­da­leux encore que le ser­vice public de l’audiovisuel, finan­cé par la rede­vance, c’est-à-dire par nos impôts, paie de soi-disant jour­na­listes dont l’identité n’est même pas avé­rée, pour mener des pro­vo­ca­tions anti­sé­mites devant de jeunes mineurs. Cela a un nom : inci­ta­tion à la haine raciale. Et cela a une sanc­tion pénale : 7 ans de pri­son et 150 000 euros d’amende, lorsque l’on y pro­voque un mineur en milieu sco­laire. Le dis­cours de l’agence Capa ferait presque du “jour­na­liste” infil­tré un héros ; mais, en fran­çais, cela s’appelle un cri­mi­nel.
 
J’ajoute qu’il s’agit d’une odieuse cari­ca­ture du catho­li­cisme tra­di­tion­nel comme des écoles catho­liques hors contrat qui réprouvent ces pro­pos mons­trueux que le Magis­tère de l’Église a tou­jours réprou­vés.
 
Je refuse caté­go­ri­que­ment que mes impôts servent à finan­cer une telle charge anti-catho­lique et une telle apo­lo­gie du crime. Aus­si vous prié-je, Mon­sieur le Pré­sident, de bien vou­loir sur­soir à la dif­fu­sion de cette émis­sion.

Votre PRENOM et votre NOM tels que vous les aurez ren­sei­gnés infra.

PS : par cour­toi­sie, je vous informe que j’adresse copie de ce cour­riel aux diverses ins­tances de tutelle, poli­tiques et admi­nis­tra­tives, du ser­vice public d’audiovisuel. Votre MESSAGE PERSONNEL (facul­ta­tif) infra.

La pétition est terminée : merci de votre soutien