Succès de la 7e grande Marche nationale pour le respect de la Vie

Renais­sance Catho­lique se réjouit du superbe suc­cès de la 7e grande Marche natio­nale pour le res­pect de la Vie du 23 jan­vier 2011. La pré­sence de près de 40 000 par­ti­ci­pants dans un silence média­tique assour­dis­sant est la preuve écla­tante que la défense de la vie humaine inno­cente reste une ques­tion d’actualité et le sera de plus en plus dans les années qui viennent. Ceux qui en dou­te­raient n’ont pris la mesure ni de la taille de la foule pré­sente ni sur­tout de celle de sa jeunesse.La pré­sence de quatre évêques (NNSS Laun, Lebrun, Bagnard et Aillet) mani­feste concrè­te­ment que nous entrons dans une autre période de la vie de l’Église. Pour reprendre l’expression de Mgr Gai­don, dans son ouvrage Un évêque fran­çais entre crise et renou­veau de l’Église, le temps de « l’énoncé timide de la pro­po­si­tion mur­mu­rée » est en train de se clore pour lais­ser, de nou­veau, la place à celui de la « convic­tion ». Benoît XVI avait don­né l’exemple en deman­dant aux évêques, aux com­mu­nau­tés reli­gieuses et aux paroisses d’organiser des prières pour la vie le same­di 27 novembre dernier.Les mar­cheurs qui priaient en fin de cor­tège à l’appel des asso­cia­tions SOS Tout-Petits, Lais­sez-les-Vivre et Renais­sance Catho­lique ont rap­pe­lé l’importance de la prière dans ce com­bat escha­to­lo­gique contre les forces du Mal et sa néces­si­té pour obte­nir le par­don de Dieu face à tant de crimes. La ques­tion cepen­dant se pose de savoir qui por­te­ra les reven­di­ca­tions poli­tiques du Col­lec­tif orga­ni­sa­teur de cette Marche dont les objec­tifs sont :

 un réveil des consciences

 la libé­ra­tion des femmes pous­sées ou même contraintes à l’avortement

 la mise en œuvre d’une poli­tique au ser­vice de la vie impli­quant des aides à la mater­ni­té et le déve­lop­pe­ment de struc­tures d’accueil pour les femmes enceintes en dif­fi­cul­té

 le rem­pla­ce­ment des lois atten­ta­toires à la vie humaine par des lois favo­ri­sant l’accueil de la vie et le res­pect de la loi natu­relle ?

En effet aucun dépu­té ni séna­teur n’était pré­sent même si des élus, le plus sou­vent au scru­tin pro­por­tion­nel, repré­sen­taient le MPF, le PCD ou le FN.

L’inflexion don­née par Marine Le Pen au pro­gramme du FN, se dés­in­té­res­sant de la défense de la Vie, les dif­fi­cul­tés du MPF, l’échec de Chris­tine Bou­tin qui pen­sait pou­voir influen­cer dans un sens plus fami­lial et conforme à la loi natu­relle la poli­tique de Nico­las Sar­ko­zy sont en train de créer un élec­to­rat orphe­lin ne se recon­nais­sant plus dans aucune for­ma­tion poli­tique.

Pour­tant la défense de la Vie est le sujet qui condi­tionne notre sur­vie. Les coco­ri­cos toni­truants qui ont accom­pa­gné la publi­ca­tion des chiffres de la nata­li­té fran­çaise, la pre­mière d’Europe avec 2 enfants par femme, sont une impos­ture où le tra­gique le dis­pute au gro­tesque alors que le simple renou­vel­le­ment des géné­ra­tions exige un taux de 2,1 enfants par femme.

Alors qu’un pro­jet de loi léga­li­sant l’euthanasie vient d’être voté au Sénat, le Pre­mier ministre Fran­çois Fillon mani­fes­tant immé­dia­te­ment son oppo­si­tion, et que la révi­sion des lois de bioé­thique s’annonce dans un contexte encore plus per­mis­sif, les mili­tants du res­pect de la Vie doivent res­ter mobi­li­sés.

En_Marche_Pour_La_Vie_2011.jpg

Le grand suc­cès de cette Marche est le fruit d’années de per­sé­vé­rance et d’argumentations. C’est un réel encou­ra­ge­ment à ne pas se décou­ra­ger et à faire confiance à la force intrin­sèque de la véri­té, convain­cus que l’ignorance des hommes est sou­vent pire que leur méchan­ce­té.

Renais­sance Catho­lique 89, rue Pierre Bros­so­lette 92130 Issy-les-Mou­li­neaux

Tél. 01 46 62 97 04 – Site : https://www.renaissancecatholique.org/

1 réponse

  1. FREULON Sylvie dit :

    Succès de la 7e grande Marche natio­nale pour le res­pect de la Vie
    Ce n’est pas un pro­jet de loi mais une pro­po­si­tion de loi sur l’euthanasie qui a été rejeté par les sénateurs. Le pro­jet de loi X ou Y émane du gou­ver­ne­ment. La pro­po­si­tion de loi vient d’un groupe de sénateurs ou de députés. Il faut éviter de dire n’importe quoi.
    Pour ce fait, j’ai par­ti­cipé pour la première fois à la marche pour la vie et j’y ai vu beau­coup de monde. Enormément de per­sonnes et de plus en plus de jeunes. Etu­diants, ado­les­cents, enfants accompagnés de leurs familles, per­sonnes âgées, toutes les catégories de la popu­la­tion française étaient bien là. C’était le peuple de France qui mar­chait pour dire non à la culture de mort. Un peuple qui ne veut en rien renier les pro­messes de son passé glo­rieux ; un peuple qui aime la vie et qui l’accueille. Un peuple cha­leu­reux et ouvert. Et ce peuple-là était aus­si bien consti­tué de chrétiens que d’autres communautés reli­gieuses venues de toutes les cha­pelles, les diocèses et les paroisses de ce grand pays qu’est la France.
    Il y avait certes des Français mais aus­si des res­sor­tis­sants de l’Outre-Mer, de l’Union Européenne et des per­sonnes pour qui la vie est sacrée depuis tou­jours. Des hommes, des femmes, des enfants…
    C’est notre peuple qui a défilé pour réclamer des lois pour la vie.
    L’an pro­chain, les espérances seront dépassées et nous serons plus de 100 000. Dans quelques années, ce sera autour de plu­sieurs cen­taines de mil­liers avant d’arriver au mil­lion sou­haité.