Lettre d’invitation à la Marche pour la Vie

« On ne peut mini­mi­ser (…) les scé­na­rios inquié­tants pour l’avenir de l’homme ni la puis­sance des nou­veaux
ins­tru­ments dont dis­pose la “culture de mort”. À la plaie tra­gique et pro­fonde de l’avortement, pour­rait
s’ajouter à l’avenir, et c’est déjà subrep­ti­ce­ment in nuce (en germe), une pla­ni­fi­ca­tion eugé­nique sys­té­ma­tique
des nais­sances. D’un autre côté, on voit une mens euta­na­si­ca (men­ta­li­té favo­rable à l’euthanasie) se frayer
un che­min, mani­fes­ta­tion tout aus­si abu­sive d’une volon­té de domi­na­tion sur la vie, qui, dans cer­taines
condi­tions, n’est plus consi­dé­rée comme digne d’être vécue (…). Ce qui est stu­pé­fiant, c’est la capa­ci­té de
sélec­tion­ner arbi­trai­re­ment ce qui, aujourd’hui, est pro­po­sé comme digne de res­pect. Prompts à se scan­da­li­ser pour
des ques­tions mar­gi­nales, beau­coup semblent tolé­rer des injus­tices inouïes », Benoît XVI, Cari­tas in veri­tate, §75.

Cher ami,

Les pro­pos du Saint-Père sont d’une sin­gu­lière vigueur pour dénon­cer les ravages pré­sents de la
culture de mort
. Quelle est la situa­tion ?

 La vente de la pilule abor­tive RU 486 vient d’être auto­ri­sée en Ita­lie ; le prin­cipe de la libre
cir­cu­la­tion des ser­vices dans l’Union euro­péenne sera le che­val de Troie qui per­met­tra d’étendre
à l’ensemble du conti­nent les pra­tiques les plus laxistes.

 En France, les États Géné­raux de la bioé­thique, qui débou­che­ront sur un pro­jet de loi début
2010, pré­parent les esprits à une auto­ri­sa­tion de la recherche sur les embryons sur­nu­mé­raires.

 Aux États-Unis, comme il l’avait annon­cé, le pré­sident Oba­ma sou­haite mettre toute la puis­sance
de l’État fédé­ral au ser­vice de la cause des pro-choice.

Les signes objec­tifs d’espérer des len­de­mains plus chan­tants ne manquent cepen­dant pas.
L’Église catho­lique parle de plus en plus haut et fort pour défendre la vraie digni­té de l’homme et les
droits de Dieu. La mobi­li­sa­tion publique fran­çaise s’amplifie :

 Suc­cès de la 5e grande Marche pour la défense de la Vie, à Paris du 25 jan­vier 2009 avec le
par­rai­nage de 10 évêques et de la 1re Marche pour la Vie et la famille le 6 juin à Bor­deaux,

 veillée de prière pour la vie le 28 mai autour des 8 évêques d’Ile-de-France,

 mani­fes­ta­tion de prière de SOS-Tout-Petits à Lyon le 10 juin hono­rée de la pré­sence du
Car­di­nal Bar­ba­rin, …

Tract de la marche pour la vie 2009Dans ce concert, notre Marche du same­di 3 octobre pro­chain pro­pose sa note ori­gi­nale avec une
démarche clai­re­ment reli­gieuse, poli­tique et publique, ce qui est rare, voire unique (hor­mis les
prières de répa­ra­tion de SOS-Tout-Petits).

 Nous sou­hai­tons nous pla­cer dans le pro­lon­ge­ment du dis­cours pro­phé­tique de Pie XII, le 20
février 1949 : « Il (l’État tota­li­taire et anti­re­li­gieux) vou­drait une Église qui se taise quand elle devrait
par­ler ; une Église qui affai­blisse la loi de Dieu (…) ; une Église qui, avec une hon­teuse ser­vi­li­té,
reste enfer­mée entre les quatre murs du temple, oublieuse du man­dat divin qu’elle a reçu du
Christ : « Allez dans les car­re­fours » (Mt XXII, 9) ».

De la basi­lique Notre-Dame-des-Vic­toires à Paris jusqu’à celle du Sacré-Cœur de Mont­martre, notre
Marche de prières revêt une évi­dente dimen­sion mariale. L’Église attri­bue à la Très Sainte Vierge Marie cet extrait du livre de l’Ecclésiastique (XXIV, 25) : « En moi réside toute la grâce de la doc­trine
et de la véri­té, toute l’espérance de la vie et de la ver­tu ». Com­ment espé­rer rem­por­ter cette bataille
en négli­geant de deman­der le sou­tien de celle qui est auxi­lium chris­tia­no­rum, secours des chré­tiens ?
À quelques mois de la révi­sion des lois de bioé­thique, ne pas deman­der le secours du ciel serait
d’une cri­mi­nelle incons­cience, non exclu­sive évi­dem­ment des tra­vaux de fond menés par les orga­nismes
et les asso­cia­tions com­pé­tentes.

 Nous renoue­rons avec joie cette année avec l’entrée des mar­cheurs par la grande porte dans la
basi­lique du Sacré-Coeur de Mont­martre, le par­vis n’étant plus occu­pé par les stands de la Fête des
Ven­danges. Nous sommes hono­rés que quatre évêques aient rejoint notre Comi­té d’honneur et de
sou­tien et que quatre autres nous aient adres­sé leurs encou­ra­ge­ments (au 3 sep­tembre, cf. tract).

Le suc­cès maté­riel de notre Marche est entre vos mains et sous vos pieds. N’hésitez pas à contac­ter
les res­pon­sables de vos lieux de culte pour qu’ils annoncent, voire par­ti­cipent à cette Marche. Nous
n’avons pas l’esprit de cha­pelle. Pour prier Notre Dame, pour la Vie, publi­que­ment et pas uni­que­ment
dans des lieux de culte plus ou moins fré­quen­tés, toutes les bonnes volon­tés sont les bien­ve­nues.
Celle qui est la Reine de la paix pré­sen­te­ra nos prières à son divin fils pour que les enfants à naître
soient pro­té­gés, les mères en détresse aidées, les per­sonnes âgées res­pec­tées et les per­sonnes
han­di­ca­pées aidées !

 « Priez, mais priez donc mes enfants, le coeur de mon fils se laisse tou­cher » (la Sainte
Vierge à Pont­main en 1871). Comme l’écrivait le car­di­nal Hummes, pré­fet de la congré­ga­tion pour
le cler­gé à l’occasion de l’année sacer­do­tale vou­lue par Benoît XVI : « Nous ne pou­vons ni
nous décou­ra­ger, ni avoir peur de la socié­té actuelle, ni sim­ple­ment la condam­ner. Il faut
la sau­ver !
». Et pour cela prier, être fidèle, trans­mettre et agir.

Ceux qui ne pour­ront être avec nous phy­si­que­ment peuvent s’associer à nos prières et nous sou­te­nir
en adres­sant une offrande (reçu fis­cal) ou en s’abonnant à la revue La Renais­sance Catho­lique.

En espé­rant, de tout cœur, vous comp­ter par­mi nous le 3 octobre pro­chain, je vous assure, cher
ami, de mon fidèle dévoue­ment in Chris­to.

JP_Maugendre.jpg
Jean-Pierre Mau­gendre

Pré­sident

inscr.jpg

Tract de la marche pour la vie 2009

Vous aimerez aussi...