Laurent Dandrieu, le cinéma et l’ordre immoral