La démocratie sans le peuple

1 réponse

  1. Anne Lys dit :

    La démocratie sans le peuple
    Une précision : la France compte à peu près 66 mil­lions d’habitants dont 3,8 mil­lions d’étrangers non naturalisés et donc n’ayant pas le droit de vote.

    Sur les 62,2 mil­lions de Français, un peu plus des trois-quarts ont plus de 18 ans. Soit envi­ron 47 mil­lions de majeurs ayant le droit de vote, ins­crits ou non.

    Et moins d’un sur vingt de ces citoyens français a voté pour le PS ! mais celui-ci n’en détient pas moins tous les rouages, tous les pou­voirs et contre-pou­voirs de l’Etat, sauf quelques grandes villes recon­quises contre lui en mars.

    Cher­chez l’erreur :

    Cette totale contra­dic­tion entre le pou­voir du PS et son sou­tien dans le peuple d’où, en théorie, découle ce pou­voir s’explique essen­tiel­le­ment par le men­songe, et par la crédulité dont une courte majo­rité d’électeurs a fait preuve, il y a deux ans, devant ce men­songe.

    M. Hol­lande avait pro­mis la prospérité, au prix de quelques efforts demandés aux plus riches. Un peu plus de la moi­tié des électeurs l’a cru et lui a conféré tous les pou­voirs et contre-pou­voirs.

    Il a obte­nu l’appauvrissement généralisé, payé non par les plus riches, qui ont les moyens de quit­ter un Etat prédateur, mais par les moins riches et même par les pauvres…

    Et comme les men­teurs tiennent la qua­si tota­lité des moyens de com­mu­ni­ca­tion (et veulent mettre sous tutelle celui qui leur échappe, inter­net), il est plus que pro­bable qu’à la pro­chaine occa­sion, M. Hol­lande et ses émules men­ti­ront à nou­veau, de gros et énormes men­songes, mais que les électeurs n’auront pas les moyens de détecter comme tels… l’électorat pour­rait même, avec une bonne pro­pa­gande, leur renou­ve­ler tous leurs pou­voirs !