En Marche pour la Vie du 17 janvier 2010

Suc­cès de la 6e Marche natio­nale pour le res­pect de la Vie orga­ni­sée à Paris le 17 jan­vier 2010 par le col­lec­tif 30 ans ça suf­fit, dont Renais­sance Catho­lique est membre fon­da­teur.

20 000 per­sonnes ont défi­lé de la place de la Répu­blique à l’Opéra en récla­mant l’abrogation des lois qui tuent les enfants à naître et blessent à jamais leurs mères. Les mar­cheurs, dont beau­coup de jeunes, ont éga­le­ment deman­dé la mise en œuvre de véri­tables mesures d’aides aux femmes en dif­fi­cul­tés et de sou­tien à la famille.

À la fin du cor­tège, les quatre asso­cia­tions SOS Tout-Petits, Lais­sez-les-Vivre, Renais­sance Catho­lique et Civi­tas, ont sou­hai­té don­ner à cette (dé)marche une dimen­sion spi­ri­tuelle sous la forme d’une prière de répa­ra­tion, d’intercession et de com­pas­sion. La réci­ta­tion du cha­pe­let a eu lieu sous la direc­tion de plu­sieurs prêtres et reli­gieux –dont le RP Argouarc’h (Sainte-Croix de Riau­mont), le cha­noine Trau­ches­sec (Ins­ti­tut du Christ-Roi), le père Pagès (dio­cèse de Paris)– et avec le sou­tien puis­sant du chœur Mont­joie St-Denis avec son célèbre tam­bour ! Dom Louis-Marie, père abbé du Bar­roux, fai­sant par­tie du cor­tège, put prendre la parole quelques ins­tants, de même que le doc­teur Dor (SOS Tout-Petits), Alain Esca­da (Civi­tas), le doc­teur Per­rel (Lais­sez-les-Vivre) et Jean-Pierre Mau­gendre (Renais­sance Catho­lique).

2010-01-17-16h10.resized.jpg

2010 : un bon cru pour la vie avec, pour la pre­mière fois, la pré­sence d’un évêque dio­cé­sain : Mgr Lebrun, évêque de Saint-Étienne. Une dyna­mique épis­co­pale semble ain­si s’être enclen­chée. Elle est, comme les exemples espa­gnols et amé­ri­cains le démontrent, la clé de la réus­site !

L’avenir nous appar­tient mais la lutte est loin d’être ter­mi­née : la famille est de moins en moins sou­te­nue, l’embryon de plus en plus mena­cé et la contra­cep­tion qui mène à l’avortement tou­jours de plus en plus encou­ra­gée. Avec l’aide de Dieu tout devient pos­sible et l’assurance de la vic­toire nous est don­née.

Renais­sance Catho­lique