Défis lancés par l’islam et réflexions pour lui faire face

Pour­quoi avoir choi­si comme thème de cette Uni­ver­si­té d’été : La France au risque de l’islam ?

Jean-Pierre Mau­gendre : Ce titre fait réfé­rence à un ouvrage épo­nyme de Thier­ry Bou­clier, paru en 2012 aux édi­tions Via Roma­na. L’auteur y décri­vait le pro­ces­sus d’islamisation de nos socié­tés à tra­vers la bana­li­sa­tion de la nour­ri­ture halal, la mul­ti­pli­ca­tion des mos­quées, les reven­di­ca­tions sur le port du voile isla­mique dans l’espace public, etc. La visi­bi­li­té crois­sante de l’islam est un phé­no­mène que cha­cun peut obser­ver ; cela d’autant plus que cette reli­gion, tota­le­ment absente du ter­ri­toire métro­po­li­tain, il y a soixante années, véhi­cule une culture et des usages qui détonnent dans le pay­sage tra­di­tion­nel fran­çais. Visuel­le­ment, une mos­quée n’est pas une église, la bur­ka s’apparente peu aux coiffes bre­tonnes, le port de la barbe four­nie non taillée, autre­fois réser­vée aux capu­cins reste une ori­gi­na­li­té, etc. Après avoir subi une longue période de déclin, ini­tiée par l’échec devant Vienne, en 1683, du grand Vizir otto­man Kara Mus­ta­pha, le monde musul­man semble, depuis la fin de la Seconde Guerre mon­diale, connaître un renou­veau de puis­sance comme en témoignent l’achèvement des pro­ces­sus de déco­lo­ni­sa­tion, les dis­po­ni­bi­li­tés finan­cières des monar­chies pétro­lières et, enfin, l’arrivée sur le sol euro­péen de plu­sieurs dizaines de mil­lions de musul­mans qui ont conser­vé dans cette trans­hu­mance leur reli­gion, leurs us et leurs cou­tumes. La pré­sence sur le ter­ri­toire fran­çais d’une popu­la­tion musul­mane esti­mée à 7 mil­lions de per­sonnes lance donc de nou­veaux défis à notre terre de vieille chré­tien­té. Cela d’autant plus que, tout au long de son His­toire, l’Occident a connu des rela­tions plu­tôt conflic­tuelles avec le monde ara­bo-musul­man. 

Lors de cette Uni­ver­si­té d’été, nous allons d’abord essayer de dres­ser un véri­table état des lieux trop sou­vent occul­té par le confor­misme ambiant et le sou­ci de plaire à une mino­ri­té, certes divi­sée reli­gieu­se­ment et eth­ni­que­ment mais dyna­mique, entre­pre­nante, pro­li­fique et abso­lu­ment convain­cue que l’avenir lui appar­tient. Au-delà des péti­tions de prin­cipe, nous sou­hai­tons ouvrir des pistes de réflexion réa­listes afin de faire face à ce nou­veau défi. Qu’apporterez-vous de plus par rap­port aux pré­cé­dentes uni­ver­si­tés d’été lors des­quelles vous avez déjà trai­té de l’islam ?

Le_XXI_siecle_sera-t-il_musulman.jpgJ.-P.M. : La voca­tion de nos Uni­ver­si­tés d’été étant d’éclairer les débats contem­po­rains à la lumière de l’Histoire, dans la fidé­li­té à notre foi catho­lique, nous avons bien sûr déjà trai­té de l’islam : en 1995, La Croix et le Crois­sant. En 2000, Le xxie siècle sera-t-il musul­man ? En 2003, Le choc des civi­li­sa­tions. Mythe et réa­li­tés et en 2004, Le Piège de la laï­ci­té. Cepen­dant, chaque année, la situa­tion évo­lue. Les liens entre islam modé­ré et islam fon­da­men­ta­liste ne se posaient pas dans les mêmes termes il y a dix ans. La ques­tion du ter­ro­risme musul­man en France ne revê­tait pas la même acui­té, etc. Comme chaque année, nous accueille­rons de nou­veaux confé­ren­ciers : Marie-Thé­rèse et Domi­nique Urvoy (isla­mo­logues), le géné­ral (2S) Marc Pai­tier

Alors que ce qui est en jeu c’est essen­tiel­le­ment la sur­vie ou la dis­pa­ri­tion pure et simple du peuple fran­çais et de sa civi­li­sa­tion tels qu’ils existent depuis des siècles, le com­bat cultu­rel condi­tionne l’avenir. Les suc­cès poli­tiques et élec­to­raux suivent et accom­pagnent les révo­lu­tions – ou les contre-révo­lu­tions – cultu­relles. Avant de s’installer dans les ors des palais de la Répu­blique, l’idéal libé­ral-liber­taire de Mai 68 a été véhi­cu­lé par une mul­ti­tude de pen­seurs et de médias. Aux idées fausses, il convient d’opposer des idées justes. 

Pro­pos recueillis
par Yves Amos­sé

Vous aimerez aussi...