Communiqué après la Marche pour la Vie 2012

Par­ti­ci­pa­tion en très nette aug­men­ta­tion par rap­port aux années pré­cé­dentes à la 22e Marche de prière pour la vie et la famille orga­ni­sée conjoin­te­ment cette année, le 20 octobre, par l’Association Catho­lique des Infir­mières et méde­cins (ACIM), SOS Tout-Petits, Renais­sance Catho­lique, Lais­sez-les-Vivre SOS Futures Mères et Notre-Dame de Chré­tien­té.

Dès le départ, sur le par­vis de la basi­lique Notre-Dame-des-Vic­toires à Paris de nom­breux ecclé­sias­tiques et membres ou sym­pa­thi­sants des asso­cia­tions orga­ni­sa­trices étaient pré­sents : père Damien-Marie (Fra­ter­ni­té de la Trans­fi­gu­ra­tion), cha­noine Trau­ches­sec (ICRSP), abbé Le Coq (FSSP), abbé Per­rel (IBP), abbé Pagès (dio­cèse de Paris), frère Nico­las (Riau­mont)… C’est le père Damien-Marie qui prit la parole au départ pour rap­pe­ler le sens sur­na­tu­rel de cette marche de prière et de répa­ra­tion.Mani­fes­te­ment alors que le gou­ver­ne­ment ne semble pas renon­cer à sa volon­té de léga­li­ser le mariage pour les couples homo­sexuels, les mar­cheurs sou­hai­taient par leur pré­sence et leurs prières défendre la loi natu­relle et rap­pe­ler les droits de Dieu sur la socié­té.

mplvf2012_053.resized.jpgMajo­ri­tai­re­ment consti­tuée de jeunes gens et de jeunes filles, la foule s’est ren­due, sans inci­dent, à la basi­lique du Sacré-Cœur de Mont­martre, réci­tant le cha­pe­let et chan­tant des can­tiques. Cha­cun a pu noter la tenue et le sérieux de la colonne. Il s’agissait effec­ti­ve­ment de prier pour la Vie et non de com­men­ter l’actualité ou de se livrer à quelques mon­da­ni­tés.

Le Salut du Saint-Sacre­ment de clô­ture, pré­si­dé par le cha­noine Trau­ches­sec assis­té de l’abbé Lecoq, s’est dérou­lé dans la basi­lique du Sacré-Cœur de Mont­martre comble, aima­ble­ment mise à la dis­po­si­tion mplvf2012_106.resized.jpgdes mar­cheurs par le Père Laver­ton, son rec­teur. Jean-Pierre Mau­gendre, pré­sident de Renais­sance Catho­lique rap­pe­la en conclu­sion, avec vigueur, la néces­si­té de la prière dans le com­bat actuel à mener contre ceux qui s’attaquent à la vie et à la famille. En effet les adver­saires de la loi natu­relle, qui est l’autre nom de la loi de Dieu, sont en fait les com­plices plus ou moins conscients de celui qui est men­teur et homi­cide depuis le com­men­ce­ment. Contre lui les moyens sim­ple­ment natu­rels seront tou­jours insuf­fi­sants.

Le report du débat par­le­men­taire sur la déna­tu­ra­tion du mariage n’est cepen­dant qu’une pauvre vic­toire eu égard aux enjeux. Le com­bat conti­nue en inter­pel­lant les élus (maires, dépu­tés, séna­teurs), en signant les péti­tions idoines, en encou­ra­geant les auto­ri­tés ecclé­sias­tiques à la fer­me­té, en par­ti­ci­pant aux mani­fes­ta­tions à venir, tout par­ti­cu­liè­re­ment celles orga­ni­sées par Civi­tas le 18 novembre et le Col­lec­tif En Marche pour la vie le 20 jan­vier. La Pro­vi­dence a vou­lu que la pre­mière de ces mani­fes­ta­tions publiques contre la déna­tu­ra­tion du mariage et pour le res­pect de la vie soit une démarche de prière. C’est ain­si un gage d’espérance et de vic­toire que d’avoir implo­ré, avant toute autre démarche, le par­don et l’assistance du Sacré-Cœur de Jésus, salut de ceux qui espèrent en lui.

Renais­sance Catho­lique 89, rue Pierre Bros­so­lette 92130 Issy-les-Mou­li­neaux

Tél. 01 46 62 97 04-Fax : 01 46 62 95 19 – Cour­riel : rcatholique@wanadoo.fr

Source des pho­tos

Vous aimerez aussi...