Comment peut-on être français ?

M. Bes­son vient de se sur­pas­ser en décla­rant le 5 jan­vier 2010 à La Cour­neuve : “La France n’est ni un peuple,ni une langue, ni un ter­ri­toire, ni une reli­gion, c’est un conglo­mé­rat de peuples qui veulent vivre ensemble. Il n’y a pas de Fran­çais de souche, il n’y a qu’une France de métis­sage”. Voi­là qui va être dif­fi­cile à tra­duire en termes juri­diques. Le jus soli, c’est-à-dire le fait que, depuis toute éter­ni­té, il suf­fi­rait de naître en France pour deve­nir Fran­çais, est sans conteste, un des mythes fon­da­teurs de la concep­tion idéo­lo­gique de la Nation.

Là contre, dans une confé­rence magis­trale, extrê­me­ment docu­men­tée, livrant des infor­ma­tions géné­ra­le­ment incon­nues, Michel De Jae­ghere explique la manière dont ont évo­lué au fil du temps, et en fonc­tion des cir­cons­tances, les condi­tions d’acquisition de la natio­na­li­té fran­çaise. Le droit du sol appa­raît alors pour ce qu’il fut : essen­tiel­le­ment une mesure légis­la­tive des­ti­née à four­nir des conscrits aux armées de la Répu­blique et évi­ter une concur­rence sen­ti­men­tale et éco­no­mique déloyale entre jeunes gens astreints au ser­vice mili­taire et ceux qui en étaient exemp­tés.

Nous pour­sui­vons donc notre contri­bu­tion au débat sur l’identité de la France en livrant à vos réflexions le texte de la confé­rence de Michel De Jae­ghere, « Com­ment peut-on être fran­çais ?», pro­non­cée lors de notre Uni­ver­si­té d’été de 2006 et publié dans « La France doit-elle dis­pa­raître ?» (24 euros fran­co de port)


Rendez-vous ce dimanche 17 janvier, à 14 h 30 place de la République à Paris, pour la 6e Marche pour le respect de la vie avec le collectif : « En Marche pour la vie »

Renais­sance Catho­lique se trouve en fin de cor­tège pour prier le cha­pe­let.