À propos de la Marche pour la vie

Ambiance digne et recueillie à  la 20e Marche de prière pour la vie orga­ni­sée par Renais­sance Catho­lique. Loin du tumulte et de l’agitation des mani­fes­ta­tions qui s’achevaient au même moment pour la défense d’un sys­tème de retraite déjà  cli­ni­que­ment mort par simple défi­cit démo­gra­phique c’est à  une prière de répa­ra­tion, d’expiation mais aus­si de demande d’intercession pour l’accueil de la Vie que se sont adon­nés les mar­cheurs.

Dès le départ, sur le par­vis de la basi­lique Notre-Dame-des-Vic­toires à  Paris, mal­gré les dif­fi­cul­tés de trans­port liées aux grèves de la SNCF, de nom­breux ecclé­sias­tiques étaient pré­sents : père de Bli­gnières (FSVF), père Jean-Noà«l (Fra­ter­ni­té de la Trans­fi­gu­ra­tion), père Cha­lu­four (OSB), cha­noine Trau­ches­sec (ICRSP), abbé Le Coq (FSSP), abbé Pagès (dio­cèse de Paris) »¦ Le pré­sident de Renais­sance Catho­lique, Jean-Pierre Mau­gendre, puis le père Jean Noà«l prirent alter­na­ti­ve­ment la parole pour rap­pe­ler la dimen­sion reli­gieuse mais aus­si poli­tique, au sens de défense de la cité, de cette Marche. Aucun élu poli­tique ne sem­blait pré­sent quoiqu’un mes­sage de sou­tien de Bru­no Goll­nisch ait été reà§u le matin même par les orga­ni­sa­teurs.


Très clai­re­ment les mar­cheurs se pla­çaient dans le droit fil des pro­pos de Benoît XVI aux évêques du monde entier leur deman­dant d’instaurer le 27 novembre pro­chain, à l’occasion de l’ouverture de l’année litur­gique, des prières pour la Vie. A ce pro­pos mon­sei­gneur Burke, pré­fet du tri­bu­nal Suprême pour la Signa­ture apos­to­lique décla­rait il y a tout juste une semaine : C’est la chose la plus impor­tante et la plus urgente que l’on puisse faire actuel­le­ment pour la vie ! Il faut la faire, il faut prier pour la Vie à l’appel du pape.

Mas­si­ve­ment consti­tuée de jeunes, la foule s’est ren­due, sans inci­dent, à la basi­lique du Sacré-Cœur de Mont­martre, réci­tant le cha­pe­let et chan­tant des can­tiques, bran­dis­sant des affiches au mes­sage sans ambi­guï­té : L’avortement tue des enfants ; Si tu veux la paix, défends la vie. Cha­cun a pu noter la tenue et le sérieux de la colonne. Il s’agissait effec­ti­ve­ment de prier pour la Vie et pas de com­men­ter l’actualité ou de se livrer à quelques mon­da­ni­tés. Le Salut du Saint-Sacre­ment de clô­ture, pré­si­dé par le cha­noine de Dain­ville, s’est dérou­lé dans la basi­lique du Sacré-Cœur de Mont­martre qua­si­ment pleine, aima­ble­ment mise à la dis­po­si­tion des mar­cheurs par le Père Laver­ton, son rec­teur.

Renais­sance Catho­lique remer­cie l’ensemble des par­ti­ci­pants à cette Marche de prière de leur pré­sence ain­si que les médias et les asso­cia­tions qui ont contri­bué à la faire connaître. Elle se per­met cepen­dant de livrer aux absents la réflexion sui­vante d’Henri IV à pro­pos d’une défec­tion invo­lon­taire lors d’une bataille, bien sûr à adap­ter : Pends-toi, brave Crillon, nous avons com­bat­tu à Arques et tu n’y étais pas. Pro­vi­den­tiel­le­ment les occa­sions de se rat­tra­per seront cepen­dant nom­breuses : prières pour la vie orga­ni­sées le 27 novembre pro­chain à la demande du pape, 7e mani­fes­ta­tion du col­lec­tif En marche pour la Vie le 23 jan­vier 2011, pèle­ri­nage de Notre-Dame de chré­tien­té sur le thème de la défense de la vie les 11,12 et 13 juin pro­chains. Après le temps de la résis­tance voi­ci venu celui de la contre-offen­sive spi­ri­tuelle et poli­tique.

Vous aimerez aussi...