3 questions à propos de la 11e Session de formation de Renaissance Catholique

Renais­sance Catho­lique orga­nise du 28 octobre (soir) au 1e novembre pro­chain, à Riau­mont, sa 11e Ses­sion de for­ma­tion pour les 16–25 ans.

Pour­quoi avez-vous pris une telle ini­tia­tive alors qu’il existe déjà une Uni­ver­si­té d’été ouverte à tous ?

Effec­ti­ve­ment, mais il nous semble, sans som­brer dans un « jeu­nisme » hors de pro­pos, qu’il est dif­fi­cile de tenir le même dis­cours à des per­sonnes d’âge et de for­ma­tion très dif­fé­rentes. Le jeune bache­lier et le vieux mili­tant blan­chi sous le har­nais n’ont pas les mêmes attentes intel­lec­tuelles et pra­tiques. De plus, lors de cette ses­sion, les effec­tifs sont plus modestes (40/​50 per­sonnes) ce qui faci­lite les échanges entre les par­ti­ci­pants. Nous sommes éga­le­ment atta­chés à ce que cer­tains par­ti­ci­pants d’une année puissent deve­nir les inter­ve­nants des années sui­vantes… Enfin, le « vil­lage d’enfants de Riau­mont » est un cadre par­fai­te­ment adap­té à l’accueil de groupes de jeunes car cela rentre par­fai­te­ment dans la voca­tion de la com­mu­nau­té de la Sainte-Croix de Riau­mont qui dirige ce vil­lage.

Pour­quoi avoir choi­si ce thème : 2000 ans de chris­to­pho­bie ?

Depuis 2000 ans, le sang des chré­tiens n’a ces­sé de cou­ler par fidé­li­té au Christ. Le phé­no­mène est à ce point bana­li­sé et recon­nu que la grande presse s’en est empa­rée. Chris­tophe Bar­bier, dans l’Express du 4 jan­vier 2011, écrit ain­si : « Si le sang des catho­liques ne coule plus en France, le mépris pour ne pas dire l’hostilité et la haine à leur égard vont cres­cen­do dans notre pays ». Fré­dé­ric Beig­be­der peut faire dire à un des per­son­nages de son  Roman fran­çais : « J’ai bon dos : je suis la cause de tous les mal­heurs, j’ai l’habitude, je suis catho­lique » sans que per­sonne ne sour­cille.

Chaque jour l’actualité char­rie son lot de crimes et d’infamies contre le Christ et ses dis­ciples : bombes dans les églises d’Irak, mas­sacres par l’armée égyp­tienne de mani­fes­tants coptes, meurtres et empri­son­ne­ments au Pakis­tan, enlè­ve­ments de prêtres et d’évêques en Chine mais aus­si agres­sions contre des par­ti­ci­pants aux JMJ à Madrid, insultes envers le pape, néga­tion des racines chré­tiennes de l’Europe…

Si les per­sé­cu­tions vio­lentes sont menées, ou tolé­rées, par des struc­tures éta­tiques musul­manes ou com­mu­nistes l’anticléricalisme occi­den­tal a renou­ve­lé les vieux habits de la laï­ci­té afin de ten­ter de sou­mettre l’Eglise aux exi­gences de la socié­té marchande.La voca­tion de notre ses­sion est de faire com­prendre la nature et les mani­fes­ta­tions concrètes de ce phé­no­mène afin de mieux y résis­ter.

Concrè­te­ment ?

Les confé­rences ci-des­sous jouent bien sûr un rôle majeur :

  • Juifs et empe­reurs romains contre le chris­tia­nisme, Marie-Amé­lie Bro­card
  • Les mythes his­to­riques anti-chré­tiens, Laure Le Por­teur­lot
  • Le sta­tut des chré­tiens en terre d’islam, Sébas­tien Le Por­teur
  • Quand les catho­liques étaient hors la loi, Joseph Sou­ville
  • Maxi­mi­lien Kolbe, un saint vic­time des idéo­lo­gies modernes, Phi­lippe Maxence
  • La chris­tia­no­pho­bie au ciné­ma, Nico­las Noël
  • Les per­sé­cu­tions contre les chré­tiens aujourd’hui,  Denis Aerts (Aide à l’Eglise en détresse)
  • La nou­velle droite et le chris­tia­nisme, Jean-Pierre Mau­gendre
  • La per­sé­cu­tion des œuvres catho­liques : l’exemple de Riau­mont, un père
  • Que faire concrè­te­ment ?, Denis Dra­gon

Cepen­dant, d’autres acti­vi­tés sont pro­po­sées telles que le décryp­tage d’un film chris­tia­no­phobe par un spé­cia­liste ; un témoi­gnage sur les per­sé­cu­tions au Viet Nam ; des pro­po­si­tions d’actions concrètes. Sans oublier la par­ti­ci­pa­tion quo­ti­dienne à la messe, une ado­ra­tion aux inten­tions des chré­tiens per­sé­cu­tés, ain­si que la visite d’un ter­ril, une par­tie de bow­ling, du sport, des jeux d’intérieur, des joutes ora­toires entre les par­ti­ci­pants…

D’autres ren­sei­gne­ments ?

Le vil­lage est acces­sible par le TGV : gare de Lens (puis navette ; le 28 octobre, train conseillé au départ de Paris Gare du Nord à 18 h 52 – arri­vée à 19 h 55 : retour 1er novembre à 16 h 51 – arri­vée Paris à 18 h). Nous vous y atten­dons nom­breux. Ins­crip­tions à confir­mer très rapi­de­ment.