25e Fête du Livre, dimanche 4 décembre 2016

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. A. Patterson dit :

    25e Fête du Livre, dimanche 4 décembre 2016
    Bon­jour,

    Voi­ci un autre article d’actualité.
    A nou­veau, je le colle ci-des­sous, n’ayant pas votre e-mail. Mes excuses pour les éventuels caractères spéciaux.
    Mer­ci encore pour votre précieuse action !
    Bien cor­dia­le­ment,
    A.P.

    Résistance

    Le négationnisme s’applique aus­si aux résistants de l’ombre.

    Même si les inter­views et débats télévisés ne s’y prêtent pas, MLV devrait préciser sa pensée : interprétée comme ellip­tique et sous-enten­dant révisionnisme et antisémitisme, la phrase ‘Vichy, ce n’était pas la Fran­ce’ a récemment sou­levé l’indignation. Pour éviter tout mal­en­ten­du, il convient donc de dire ‘Vichy, c’est la Fran­ce’, comme d’autres disent ‘Les Musul­mans, c’est la Fran­ce’ 1
    Entre ceux qui avaient ‘les moyens de nous faire par­le­r’ et ceux qui ont ‘les moyens de nous faire taire’2 (les moyens de sur­veillance ayant évolué) y-a-t-il encore de la place pour le peuple français, ces résistants méconnus mais assez nom­breux pour avoir sauvé en silence 90% des Juifs français, comme nous l’a récemment révélé EZ, en stupéfiant plus d’un, car ce n’est pas ce que l’on nous avait appris. Ou bien ces héros ano­nymes, à qui leur propre conscience suf­fit à défaut de recon­nais­sance, sont-ils de fac­to passés aux oubliettes, effacés de la mémoire col­lec­tive, déchus de leur natio­na­lité sociale, alors que cette arme n’est employée poli­ti­que­ment qu’au compte-goutte et avec la plus grande cir­cons­pec­tion contre les ter­ro­ristes ?
    On nous somme actuel­le­ment de ne pas faire l’amalgame entre une popu­la­tion indis­so­ciable de sa reli­gion et les mani­fes­ta­tions extrêmes de celle-ci, qu’elle ne désapprouve appa­rem­ment pas. His­to­ri­que­ment, en revanche, on fait allègrement l’amalgame entre col­la­bos et résistants. Insulte suprême pour tous ces Français, ‘simples citoyen­s’ comme on peut lire dans cer­tains com­men­taires à la phrase ci-des­sus, qui ont bien mérité de la France et incarnent ses valeurs à la per­fec­tion. Ces héros de tous hori­zons, des des­cen­dants de très anciennes familles nobles aux athées de gauche torturés, mutilés et por­tant toute leur vie les séquelles de leur dévouement et héroïsme, n’incarnent pas la France aux yeux des accu­sa­teurs patentés de la nation, par­lant au nom de notre conscience col­lec­tive. A l’auto-négation, au silence auto-imposé par peur des représailles des col­la­bos restés en place après la Libération, s’ajoute l’obligation de se fondre dans le moule du ‘politiquement cor­rec­t’ (si l’on est de gauche, il est inter­dit d’adhérer à l’idée que la France, c’est aus­si et sur­tout les résistants de l’ombre et l’immense majo­rité de Français anti­na­zis, que cette résistance ait été active ou pas­sive, car c’est une ‘idée de droite ou d’extrême-droite’), la chape de plomb impi­toyable et profondément injuste d’une pseu­do-culpa­bi­lité col­lec­tive. Encore une fois, une poignée d’individus parle au nom de l’ensemble. Or, on ne peut par­ler d’une nation col­lec­ti­ve­ment que s’il y a cohésion, unité d’un peuple derrière ses diri­geants, pas quand il y a scis­sion, coer­ci­tion et réaction (résistance). Le tota­li­ta­risme de la pensée a récemment mon­tré ses limites avec les remises en ques­tion émanant de quelques auteurs cou­ra­geux. D’eux seuls peut sur­gir l’unité qui per­met­tra de se rele­ver des pires effon­dre­ments.
    La vidéo ci-des­sous illustre bien l’incroyable hyp­no­tisme de cer­tains et le mérite des autres à résister les yeux dans les yeux, à ne pas dépasser les limites pres­crites et ne pas se lais­ser démonter par les men­songes éhontés (la fameuse (at)‘takia), et les inces­santes inter­rup­tions de l’animateur-procureur – grand oral visuel et audi­tif, un exer­cice de haute vol­tige ! Depuis, les chiffres n’ont pu qu’empirer de manière expo­nen­tielle et les résistants se font de plus en plus rares, la lutte contre l’aberration généralisée deve­nant de plus en plus ardue avec en plus, main­te­nant, l’organisme chargé de ‘viandes immolées aux ido­le­s’ (100% de hal­lal en IDF3).
    Aus­si incroyable que cela paraisse, les défenseurs des ani­maux, dont Ayme­ric Caron, les féministes, les homo­sexuels etc. sont sou­vent de fer­vents par­ti­sans de l’I. Ils réagissent indi­vi­duel­le­ment, affec­ti­ve­ment à un problème col­lec­tif. L’I. se fait, en effet, pas­ser pour une mino­rité comme une autre reven­di­quant ses droits, alors qu’elle est une contre-majo­rité ato­mi­sant, sup­pri­mant la cohésion entre les cel­lules de la société-cible. Ils fonc­tionnent par mimétisme : ils croient encore que l’I. est une mino­rité comme eux-mêmes, et que si au pire elle deve­nait majo­rité, cela serait de bon augure pour eux. Qui n’a pas déjà enten­du ‘J’ai un très bon ami musul­ma­n’ ?, l’alibi par­fait dont ils ont l’illusion qu’il les protégerait, alors qu’ils en seraient les toutes premières vic­times et ont toutes les infos détaillées à ce sujet à l’ère de l’information généralisée.

    1 – Manuel Valls, à Evry en 2014 « En par­ta­geant ce repas de rup­ture de jeûne, je veux dire avec force que les Musul­mans de France, c’est la France.  » (P. de Vil­liers, ‘Les cloches son­ne­ront-elles encore demain ?’, p. 140)
    2- https://www.youtube.com/watch?v=t6O18b7B_gU
    3 – Chambre de l’Agriculture d’Ile-de-France

    A . Pat­ter­son, 17/​04/​17