Association Renaissance Catholique

Agenda

Inscription en ligne : À quoi sert la politique ?
Du jeudi 13 au dimanche 16 juillet 2017 au Carrousel de Baronville (28)
À quoi sert la politique ?
du jeudi 13 au dimanche 16 juillet 2017, Lieu : Caroussel de Baronville, Bréville-le-Comte (28) à 1 heure de Paris


L'association

Renaissance Catholique est un mouvement de laïcs qui agit pour la défense de la vie et de la famille et œuvre pour la restauration des valeurs chrétiennes dans la société française.

Lettre d’informations

Adhésion

Abonnement

Don

Renaissance Catholique
13 avenue de la Paix
92130 Issy-Les-Moulineaux

Téléphone : 01 47 36 17 36

nous contacter

 


18e Marche pour la Vie

samedi 11 octobre 2008 à Paris

La 18e Marche pour la Vie et contre la culture de mort, organisée par Renaissance Catholique, aura lieu le samedi 11 octobre 2008, de Notre-Dame des Victoires au Sacré-Cœur de Montmartre.

Contre la culture de mort, pour la culture de Vie, cette Marche aux flambeaux est essentiellement une marche de prière, ouverte à tous ceux qui œuvrent pour le respect de la vie et de la dignité de la personne. Elle se déroule à un rythme permettant à tous d’y participer. Dans la fidélité à l’enseignement de l’Ėglise et encouragés par le pape Benoît XVI : « Non seulement l’autorisation d’interrompre les grossesses n’a pas résolu les problèmes touchant de nombreuses femmes et familles, mais elle a aussi infligé de nouvelles blessures à nos sociétés » (12 mai 2008), manifestons notre opposition à la loi sur l’avortement. Nous croyons à la force de la prière et du témoignage public.

De nombreuses personnalités ont rejoint le Comité d’honneur et de soutien, présidé par Daniel Raffard de Brienne jusqu’à son rappel à Dieu le 7 juillet 2007, parmi lesquelles : Dom H. Courau, (abbé de Triors), Dom Louis-Marie (abbé du Barroux), RP Alain (Ste-Croix, Riaumont), Mgr Emmanuel-Marie (abbé de Lagrasse), Mgr Wach, Mgr Barreiro (Human Life international), RP. Lecareux, abbé V. Ribeton, RP Louis-Marie de Blignières, Dr I. d’Abbadie (Ass. Médicale Saints Côme et Damien), R. Alberola, F.-M. Algoud, P. Altamira (Argentine), B. Antony, RP Argouarc’h, J. Auguy, D. Balland, abbé Barthe, D. de Beketch, Am. M. Berger (Union pour la Vie), P. Bernardin, G. Bonneau (Coordination pour la vie), A. Bonnet (Promouvoir), Dr O. Botta (Profamilia, Argentine), Anne Brassié, D. Brault, P. Bray (Rivage), Judith Cabaud, Marie-Aline Chevreau (Choisir la Vie), N. Chotard, Eugenio Corti, Dr J.-P. Dickès (Ass. catholique des Infirmières, Médecins et professionnels de santé), Dr X. Dor (SOS Tout-Petits), O. de Durat, A. Escada (Papa, maman et moi, Belgique), L. et R. Fontaine, F. Foucart, L. Gagnon (Campagne Québec-Vie), P. Gastal (Femmes enceintes en difficulté), Ch. Geffroy, I. & A. Gobry, B. Gollnisch, Dr Goube de Laforest (Centre d’études sur la reconnaissance de la personne humaine), J.-B. Grenouilleau (Comité pour sauver l’enfant à naître), A. Guillo, Y. Guyomar (Cité Vivante), D. Hamiche, E. de Jaén (Fundación vida y familia, Panama), Dr H. Lafont (Ass. des médecins pour le respect de la Vie), Me H. Le Griel, M. Lehideux, B. Lys, J. Madiran, Ph. Maxence, R. Meijer (SOL, Pays-Bas), J. Oswald, J.-M. Paupert, H. Pérol, Dr L. Perrel, H. Petit, O. Pichon, M. de Poncins, E. Poulle de l’Institut, abbé Pozzetto, L. Esteban Roldán (Argentine), M. de Rostolan, F. Saint-Pierre, R.P. Sanhauja (Argentine), Mère Teresa († Missionnaires de la charité), frère Thérond (SOS-la Vie), J.-L. Thès (Institut de politique familiale), L. Touchagues, Dr Claire-Marie Toudoire (Laissez-Les-Vivre-SOS Futures-Mères), A. Toulza (Comité d’initiatives pour la dignité humaine), Me Trémolet de Villers, Ari Vatanen, J.M Amenos Vidal (Espagne), J. de Viguerie, Dr M. Villette (Rosaires pour la Vie), W. Wuermeling (SOS-Mamans). Auxquels il faut ajouter les encouragements des évêques diocésains Mgr Bagnard (évêque de Belley-Ars) et Mgr Cattenoz (archevêque d’Avignon).

Rendez-vous à 17 h 30 devant la basilique Notre-Dame des Victoires, place des Petits-Pères, Paris 2e, M° Bourse pour la cérémonie de départ. La Marche se termine à 20 h par un Salut du Saint-Sacrement célébré au Sacré-Cœur de Montmartre (M° Anvers).






Article suivant :
Les fondements de la cité





Commentaires

18e Marche pour la Vie

par B. Roux, le 2008-10-02 22:49:51

Bonjour,

Je ne défilerai pas contre la loi sur l’avortement. Car agir contre la loi est par essence contre productif alors qu’une action d’ampleur en faveur des femmes exposées à l’avortement est capable d’être entendue favorablement. Je m’explique. Est-ce l’abolition de la loi que nous souhaitons, c’est-à-dire en sous entendant un retour à l’avant 1975 ? Aucun citoyen ne peut adhérer à ce projet en l’état aujourd’hui. En effet, un tel message n’est pas à mon avis audible par nos concitoyens ni crédible pour nos élus. Pire, il accentue le sentiment de culpabilité chez celles qui sont confrontées à la terrible épreuve de la perte d’un enfant par avortement.

L’urgence aujourd’hui est très clairement à la fois d’éviter le recours à cette pratique mortifère et d’aider les femmes qui ayant eu recours à cette pratique sont dans un état de grande souffrance. Il s’agit donc de répondre à cette double attente des personnes exposées à l’avortement. Alors, nous aurons vidé de son contenu cette mauvaise loi. Si l’avortement n’est pas encore aujourd’hui un fait acquis ou plutôt s’il est admis qu’il puisse troubler des consciences, c’est en particulier grâce à celles qui courageusement ont accepté de témoigner publiquement de leur détresse à la suite d’un avortement. Au lieu d’un mouvement contre la loi sur l’avortement dont le seul titre suffit à fermer les oreilles de nos concitoyens (certainement à tort mais c’est ainsi), je crois fermement que l’action en faveur des femmes éprouvées par l’avortement est une action positive, constructive, nécessaire et finalement seule capable de mobiliser l’opinion pour la même finalité.

Par ma modeste expérience tant de l’écoute des femmes que de l’interpellation des élus, je sais qu’une telle démarche donnerait de l’espoir à ces femmes et interrogerait nos responsables autant que nos concitoyens. Tel est, je crois, notre but commun.

Cordialement


Mise à jour le 28 juillet 2008